Santé et bien-être : observation et analyses de pratiques d’auto-soin

Le 26 juin 2015, lors du congrès du collège des enseignants de sciences humaines et sociales en médecine et santé (COSHSEM), Anne-Lise Le Hesran, ingénieur d’étude en anthropologie au département de médecine générale (DMG) de l’Université de Nantes depuis 2014, a présenté une communication portant sur ses travaux au sein du programme ANR-Automed, ayant pour titre : « Santé et bien-être : observation et analyses de pratiques d’auto-soin ».

Anne-Lise_COSHSEMRésumé : Les individus accordent à leur corps et à leur état de santé un soin important dans un but curatif, préventif  ou  de  renforcement  de  la  santé  augmentants).  Une  partie  de  ces  soins  s’exprime  à domicile et échappe à toute statistique médicale. Dans le cadre d’un programme de recherche financé par l’ANR sur les pratiques d’automédication (projet AUTOMED) qui pose la question d’une  automédication  choisie  ou  subie,  nous  nous  sommes  intéressés,  dans  une  démarche qualitative,  à  tous  les  actes  et  consommations  de  soins  auxquels  les  individus  recourent quotidiennement dans le cadre de leur santé.
Notre enquête en cours en Loire Atlantique et en Vendée permet l’accès au quotidien de chaque individu sur une période de un mois à travers la méthodologie des « journaux de santé », journaux remplis quotidiennement par les personnes qui rapportent leurs ressentis de santé, de bien-être ou de mal-être, et ce qu’elles mettent en place pour prendre soin d’elles. Hors  d’une  démarche  curative,  une  part  non  négligeable  des  individus  a  recours  à  diverses pratiques  en  lien  avec  leur  état  général,  pour  prévenir  la  maladie,  se  sentir  mieux,  ou  tout simplement pour se sentir bien. Cures réalisées à certaines saisons, rendez-vous réguliers auprès de médecins non conventionnels, habitudes autour de l’alimentation, du sommeil, d’une activité sportive ou d’étirements quotidiens, l’individu prend soin de son corps.
L’exemple du magnésium, consommé particulièrement par les personnes âgées, est parlant : ce produit peut être pris quotidiennement quelques semaines ou parfois même toute l’année. Souvent conseillé par l’entourage, une soeur ou un voisin, promu par la télévision ou certains magazines de santé, il est consommé dans une logique de meilleur état de santé, avec dans l’esprit que s’il ne fait pas de bien, il ne peut pas faire de mal. Cette manière de voir est majoritairement commune à tous les recours que les individus peuvent avoir dans le cadre de leur bien-être.
L’expérience de santé, du corps, le parcours de vie de chacun influent sur les choix des personnes et les pousse à mettre en place des pratiques qui leur permettent de maitriser ce que certains considèrent comme un « capital », d’autres un « équilibre », ou encore simplement un bon état général de santé.
44 journaux ont été collectés. Force est de constater que la santé et le bien-être occupent une place bien plus large que le simple acte d’automédication en cas de symptômes ou de pathologie.
Prendre soin de soi chez une grande partie d’entre eux relève d’une autodiscipline, d’un héritage et d’un apprentissage également, qui révèlent l’importance de maitriser, d’anticiper, de prévenir la fatigue du corps, la potentielle pathologie, la vieillesse et ce qui l’accompagne…
Quelle est la part de ces pratiques dans l’ensemble des besoins de soins ? Quel est le lien entre profil social et pratiques diverses ? Et quel sens les gens leur donnent-ils dans une société où chacun a à sa disposition un panel de plus en plus large de possibilités de soins, professionnels de santé et offre de médecine parallèle ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *