Automédication : l’influence du contexte local dans la perception et les pratiques des médecins généralistes

Le 6 novembre 2015,  à l’occasion du Congrès Pluri-thématique de la Société Française de Santé Publique (SFSP), Stéphanie Larramendy-Magnin, ingénieur d’étude en 2014 au laboratoire ESO (UMR 6590), présente une communication qui fait suite à ses travaux au sein du programme de recherche ANR-Automed : « Automédication : l’influence du contexte local dans la perception et les pratiques des médecins généralistes ». Sa communication d’inscrit dans la session 26 – Perception, analyse et perspectives de la relation médecin-patient.

Introduction :
Les pouvoirs publics français, dans un souci de maîtrise des dépenses de santé, encouragent le recours à l’automédication. Toutefois, ils préconisent l’encadrement de ces pratiques par les médecins et les pharmaciens pourtant exclus, par définition, des pratiques d’auto-soins des usagers.

Méthode :
Des entretiens semi-directifs ont été menés, selon des grilles élaborées conjointement par des sociologues, des médecins et des géographes, auprès de 30 médecins généralistes et 19 pharmaciens des agglomérations nazairienne et nantaise. L’analyse des données a été effectuée selon la méthode de contextualisation des discours pour comprendre l’influence du territoire dans les positionnements et comportements des professionnels de santé vis à vis de l’automédication.

Résultats :
Les femmes médecins interrogent plus les pratiques d’automédication que leurs homologues masculins. Les jeunes médecins ont confiance en leur capacité à encadrer ces pratiques alors que les médecins de plus de 50 ans se sont résolus à en limiter les risques faute de pouvoir peser dans les décisions des patients. Le niveau socio-économique de la patientèle conditionne l’opinion des médecins sur les politiques de déremboursements des médicaments. Les praticiens des quartiers défavorisés soulignent les inégalités de santé engendrées par le déremboursements des médicaments dits «de confort». Les pharmaciens délivrent différemment leurs conseils en fonction du pouvoir d’achat supposé de leurs clients. Des professionnels de santé exerçant au contact de travailleurs pauvres expriment de l’inquiétude vis à vis d’une automédication subie, révélatrice d’inégalités d’accès aux soins. Dans l’aire d’emploi nazairienne, le contexte historique, économique, sanitaire et social a contribué à l’émergence d’une communauté de pratique où la prise en compte de l’automédication s’inscrit dans une démarche plus large d’approche globale du patient. Ainsi les conseils sur les médicaments y sont donnés sur la base des pratiques des patients quand ils sont plutôt délivrés sous forme de recommandations sur les bonnes pratiques dans l’agglomération nantaise.

>>> http://www.sfsp.fr/manifestations/congres2015/accueil.htm


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *