Quand la plante dialogue avec le corps. Se soigner en utilisant le savoir herboristique

Ida Bost1.

Résumé : De nos jours, l’herboristerie suscite un intérêt croissant, ainsi qu’en témoigne la multiplication de centres privés d’enseignement et de manuels. À partir de recherches bibliographiques, d’observations et d’entretiens, cet article interroge les motivations à la base de cet engouement, ainsi que le lien qu’établissent les utilisateurs de l’herboristerie entre cette dernière et la biomédecine. L’herboristerie y apparaît comme centrée sur l’utilisation de plantes fraiches et sèches sous forme de tisanes. Elle s’inscrit dans des représentations de la maladie et du corps présentées comme fondamentalement différentes de celles avancées en biomédecine, parce que basées sur le respect du corps, l’entretien de son « terrain ». Au contraire du médicament « chimique », la plante serait une médication qui s’inscrit dans le temps et dans le quotidien. Mais l’herboristerie n’est pas réductible à un système permettant une certaine autonomie dans le soin. Elle apparaît comme un moyen de rétablir un contact avec la Nature, à l’encontre d’une société déshumanisée et marquée par des scandales sanitaires (l’« affaire du médiator », de la « vache folle », etc.). Au-delà des représentations du corps, de l’individu et de la santé qu’elle véhicule, elle est aussi un discours sur la société et sur l’environnement.

Mots-clés : Herboristerie, plantes, biomédecine, automédication, santé.

Sommaire_web

Quand la plante dialogue avec le corps. Se soigner en utilisant le savoir herboristique

Ida Bost1.

1. Doctorante en Ethnologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, école
doctorale « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent » (ED 395),
Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC).

En France, le 11 septembre 1941, un décret supprima le certificat d’herboriste, condamnant le métier à disparaître progressivement avec les derniers herboristes certifiés (voir notamment Aubry, 1993 ; Rebillard, 2002). Mais, dans les années 1970, l’attrait pour l’environnement et les médecines dites « alternatives » remit l’herboristerie sous les feux médiatiques, et suscita de nouveaux intérêts. Depuis les années 1980, la multiplication des enseignements privés et des stages (cours de l’ARH1, de l’EDPP2, de l’Ecole Lyonnaise de Plantes Médicinales3, de l’Ecole Française d’Herboristerie4, etc.) a rendu de nouveau accessibles les savoirs herboristiques. Leur succès, associé à la multiplication des manuels d’herboristerie (Compain, 1939 ; Duhamel, 1961 ; Blisson, 1961 ; Bénard et Vaesken, 1979 ; Bonneval, 1981, 1999 ; Robert, 1986 ; Pierre, 2002 ; Mulot, 2005 ; Thévenin, 2008 ; etc.), témoigne d’un intérêt croissant pour l’utilisation des plantes dans l’objectif de se soigner.

Cet article se propose d’identifier les caractéristiques principales de l’herboristerie qui expliqueraient cet engouement, à partir du discours que portent ses utilisateurs sur leurs pratiques et sur la biomédecine. Il s’appuie sur les résultats d’un travail de thèse, en Ethnologie, effectué à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense. Une trentaine d’entretiens de type semi-directif ont été réalisés, entre 2012 et 2014, à Paris et dans la banlieue parisienne, auprès de vendeurs de plantes se revendiquant comme « herboristes »5 et d’individus concernés par la transmission du savoir herboristique (enseignants en herboristerie, élèves et responsables de formation). Ces entretiens ont été complétés par des observations effectuées dans deux centres d’enseignement en herboristerie, à Paris, ainsi que lors des différents Congrès des Herboristes (2013, 2014 et 2015)6. Afin de comprendre les enjeux de l’herboristerie actuelle, j’ai moi-même suivi un cursus de deux ans dans l’une de ces écoles (septembre 2012 à juin 2014). L’article s’appuie par ailleurs sur l’analyse des manuels d’herboristerie, des années 1970 à aujourd’hui, ainsi que sur les thèses en Ethnologie et en Anthropologie de Raphaële Garreta (Garreta, 2004) et d’Aline Mercan (Mercan, 2012), qui abordent l’herboristerie contemporaine. Ces différentes données sont mises en regard avec la littérature sur les médecines dites « alternatives ».

1. Faire de l’herboristerie aujourd’hui

Dans les écoles d’herboristerie, les étudiants apprennent à reconnaître et à utiliser les plantes médicinales fraiches et sèches. Ces dernières sont essentiellement employées sous forme de « tisanes », c’est-à-dire principalement en infusion7, pour les parties les plus fragiles, comme les feuilles et les fleurs, ou en décoction8, pour les parties les plus dures, comme les racines et les écorces. Du fait que le métier d’herboriste n’existe plus officiellement, les connaissances acquises dans ces écoles semblent avoir d’abord une utilisation personnelle. « Les élèves veulent apprendre à se soigner et à soigner leurs proches » confirme un enseignant. L’observation des questions posées par les étudiants pendant les cours témoigne de l’intérêt éminemment pratique qu’ils voient dans leur apprentissage : « J’ai ma belle-sœur qui est enceinte, puis-je lui donner cette plante ? » « Comment faire cette préparation avec ce que l’on a chez nous ? » De fait, la simplicité de la préparation d’une tisane permet une certaine autonomie dans l’acte de soin. Les plantes sont utilisées en l’état, séchées tout au plus. En outre, nombre d’entre elles sont communes dans nos régions, comme le pissenlit (Taraxacum officinale Weber ; Asteraceae) ou l’ortie (Urtica dioica L. ; Urticaceae). L’acquisition du savoir herboristique pourrait donc permettre de maîtriser l’ensemble des étapes du soin : la préparation, l’acquisition, la prescription et l’utilisation du médicament.

A l’image de la naturopathie (Grisoni, 2011, p. 197), cet apprentissage prend place dans une représentation plus globale de la santé qui s’appuie sur le « terrain »9. Cette notion renvoie à l’idée que le corps est un état d’équilibre pouvant être perturbé par des agents tant physiques que psychiques (stress, pollution, apports médicamenteux, etc.), ce qui entraînerait l’apparition des maladies. Elle était d’ailleurs déjà présente dans les écrits des derniers herboristes certifiés, comme Marie-Antoinette Mulot : « Toute manifestation extérieure d’un mal, que ce soit douleur, boutons, etc., n’est que le reflet d’un déséquilibre intérieur tant physique que psychique » (Mulot, 2005, p. 535). Parce que la frontière entre son extérieur et son intérieur est supposée poreuse, le corps nécessiterait un entretien régulier. Pour conserver ou rétablir son équilibre, la première action sera de le « drainer », c’est-à-dire de renforcer l’action des « émonctoires », ces organes chargés de l’élimination des déchets, comme la peau, les reins, les intestins, les poumons ou le foie. « La première tisane sert à faire le nettoyage » explique une enseignante, avant d’ajouter : « plus le corps est nettoyé, plus le message aura un impact efficace ». Comme dans bien des médecines dites « alternatives », la purification est un élément clé dans l’herboristerie (Garreta, 1998). Bien plus que les huiles essentielles ou les gélules de plantes, la tisane apparaît comme une forme liée au nettoyage du corps, ne serait-ce qu’en activant la diurèse par l’eau qu’elle contient. Et si l’infusion est souvent prise en interne, elle peut aussi être utilisée pour laver le corps en externe : on en fait des lotions, des bains oculaires, de siège, de pieds, des eaux de rinçage pour les cheveux, des gargarismes, etc.

Cette représentation de la santé implique une perception « holistique » de l’acte de soin : puisque tout élément peut, potentiellement, venir perturber l’équilibre du corps, soigner, c’est considérer l’être humain dans sa globalité, en prenant en compte autant son histoire personnelle que son environnement de vie. L’individu est ainsi extrait de l’anonymat (Mercan, 2012, p. 462), pris en compte dans ses particularités et dans son histoire. Ainsi, théoriquement du moins, toute tisane utilisée en herboristerie sera nécessairement établie au cas par cas, en fonction de l’utilisateur. Même si, de manière concrète, une perception entièrement holistique est difficile à tenir (voir Mercan, 2012, p. 323), l’utilisation des plantes permet, de fait, d’aller au-delà d’une réponse symptomatique : il existe toujours plusieurs plantes possibles pour une action, et, à l’inverse, chaque plante possède plusieurs propriétés, certaines plus marquées que d’autres. En les conjuguant, il est possible d’orienter une tisane selon plusieurs directions thérapeutiques, afin de l’adapter au profil de son utilisateur. Par exemple, dans le cas d’une femme ayant des difficultés à digérer et qui, par ailleurs, vit dans un environnement stressant, la tisane pourra contenir de la mélisse (Melissa officinalis L. ; Lamiaceae), pour son aspect antispasmodique mais aussi de sédatif léger, ou de la verveine (Aloysia triphylla Britton ; Verbenaceae), digestive mais aussi calmante.

2. Herboristerie vs biomédecine

Du point de vue des acteurs interrogés, l’herboristerie serait fondamentalement différente de la biomédecine. Elle partage, avec les médecines « parallèles » (Laplantine et Rabeyron, 1987, p. 21), la revendication d’être une pratique « traditionnelle », renvoyant ici à l’idée d’un savoir ancestral transmis de génération en génération (Mercan, 2012, p. 325). Alors que les médecins sont supposés ne s’intéresser qu’aux symptômes, la pratique herboristique permettrait de s’attaquer aux causes fondamentales de l’apparition d’une maladie, c’est-à-dire au déséquilibre du corps qui en est la source. « Les médecins soignent les effets de la maladie sans trouver la cause » explique une « herboriste ». En outre, l’herboristerie permettrait une action respectueuse du corps et essentiellement indirecte : il s’agit d’abord d’aider le corps à se soigner de lui-même, en renforçant ses fonctions, et non d’agir à sa place.

Par ailleurs, l’utilisation de la plante entière serait moins nocive que l’utilisation de principes chimiques extraits. La plante entière présente un équilibre d’une grande complexité : « dans la plante, il va y avoir cent/deux cents molécules qui vont interagir entre elles » explique un « herboriste ». Cette complexité est renforcée par le fait que la part de principes actifs varie en fonction des conditions de culture (climat, sol, etc.), de récolte et de conservation. Le mot « totum » sert alors à qualifier l’action groupée et indissociable des molécules. Contrairement aux principes actifs extraits et mesurés, l’utilisation « traditionnelle » de la plante, c’est-à-dire en l’état, est imprécise. « Quand on fait une infusion, nous n’allons pas chercher une molécule précise. […] Dans l’herboristerie traditionnelle, on est incapable de doser les principes actifs » explique un autre « herboriste ». Or, paradoxalement, c’est cette imprécision même qui ferait la force de la plante entière. Les utilisateurs de l’herboristerie font confiance à la plante pour harmoniser ses composants, afin d’être efficace et assimilable. « Ce n’est pas le fait qu’une substance soit présente dans la plante qui fait qu’elle va agir, c’est la façon dont la plante organise ses substances » déclare, ainsi, une enseignante. Un « herboriste » de Paris explique que la plante, contrairement au médicament chimique, ne provoque pas d’effet secondaire. « Le médicament végétal, originaire de la matière vivante est généralement mieux toléré par l’organisme que de nombreuses substances de synthèse » écrit Martine Bonnabel-Blaize, qui dirige une herboristerie à Marseille (Bonnabel-Blaize, 2011, p. 17). De ce point de vue, le « naturel » devient un synonyme de « non agression » (Schmitz, 2006, p. 21).

Si l’herboristerie se présente comme fondamentalement différente de la biomédecine, elle peut aussi apparaître comme complémentaire. La préparation d’une tisane (mettre de l’eau à bouillir, faire infuser les plantes puis boire l’équivalent d’un mug) nécessite davantage de temps et d’investissement que d’avaler une pilule ou un cachet. L’opération sera renouvelée deux à trois fois dans la journée, et durera environ trois semaines. « Avec les plantes, tu ne peux pas t’attendre à un résultat comme ça. Il faut du temps » explique une enseignante. En 1986, l’herboriste certifiée Suzanne Robert la baptisait d’ailleurs de « médecine lente » (Robert, 1986, p. 19). Et puisque l’herboristerie n’est pas une réponse rapide, on n’attend pas d’être malade pour se soigner : les plantes sont utilisées pour purger le corps au printemps, le renforcer à l’automne, etc. « L’herboristerie est plus dans la prévention » déclare un « herboriste », « la grande différence avec la pharmacie c’est qu’en principe, on n’attend pas d’être malade pour venir se soigner ». Puisque l’environnement de vie influence le « terrain » d’un individu, il est nécessaire d’en prendre soin jour après jour. L’alimentation, en particulier, comme pour les naturopathes (Estager, 2001) ou les végétariens (Ouédraogo, 1998), est supposée jouer un rôle fondamental dans la conservation d’une bonne santé. Dans une émission de France Culture, réalisée en mai 2012, Thierry Thévenin, producteur de plantes et « herboriste », explique : « On est plus proche de l’alimentaire. On est plus là pour prendre soin de sa santé, pour rester en bonne santé, c’est plus de l’ordre de l’hygiène de vie et ce n’est pas… On n’est pas là pour soigner, lutter contre la maladie »10. Pratiquer l’herboristerie est donc un acte d’attention au corps qui dépasse largement le moment de la maladie, et s’ancre dans le quotidien. A l’inverse, le médicament « chimique » est supposé fournir une réponse rapide et les « herboristes » reconnaissent généralement la nécessité d’y avoir recours en cas de maladie grave. « La médecine chimique, elle devrait être une médecine de recours », explique un « herboriste », « de recours quand on ne peut pas faire autrement, car pour certaines pathologies, on ne peut pas faire autrement ». Une idée largement répandue parmi les utilisateurs de plantes, et que reprend Aline Mercan : « aux CAM11 le champ de la chronicité, à la biomédecine le champ de l’aigu, de l’urgence » (Mercan, 2012, p. 370).

S’opposent donc, d’un côté, une biomédecine supposée apporter une réponse symptomatique, efficace en cas d’urgence, mais basée sur un médicament « chimique » potentiellement dangereux, et, d’un autre côté, une herboristerie apportant une réponse dans la lenteur et dans la profondeur, mais davantage en harmonie avec l’individu. Cette opposition invite à penser la frontière entre le normal et le pathologique. En herboristerie, le mal-être physique n’est pas interprété comme un problème en soi, mais comme un message signalant un état de déséquilibre. L’écoute du corps permet de rendre visible l’invisible : la pollution, le stress, l’accumulation de déchets, etc. Le recours au médecin ne se fera que si la tisane s’avère inefficace, nécessitant un autre type de traitement. En ce sens, l’herboristerie questionne le niveau à partir duquel une indisposition deviendra préoccupante, nécessitant une réponse curative adéquate, et où l’individu pourra proprement être qualifié de « malade ». Mais elle n’est pas qu’un moyen de donner un sens à la maladie et de permettre à l’individu de devenir acteur de sa propre santé. Elle est aussi une façon de créer un autre lien avec la Nature.

3. Des Hommes et des plantes

Claudine Herzlich écrit que l’entrée par la maladie et le soin rend visible une critique de la société et de l’ordre social (Augé et Herzlich, 1984, p. 202). De fait, derrière l’opposition au médicament chimique, le recours à l’herboristerie s’inscrit plus généralement dans l’opposition à une société dénaturée, dont les grands scandales sanitaires (affaires du « sang contaminé », de la « vache folle », du « médiator », etc.) en seraient l’expression (Mercan, 2012, p. 350). Cette société aurait perdu le lien à la Nature, c’est-à-dire à l’équilibre fondamental (Garreta, 2004, p. 181). « L’homme a perdu le contact avec la Nature » écrit Patrice de Bonneval, fondateur de l’Ecole Lyonnaise de Plantes Médicinales (Bonneval, 1999, p. 5). « Les gens veulent se tourner vers la Nature, vers l’essentiel » déclare une vendeuse dans une herboristerie. « L’herboristerie est plus proche de la terre, du vrai, du nature » confirme une élève de l’ARH. Par opposition au médicament chimique, la plante, même séchée, est considérée comme vivante. Par suite, ce caractère vivant est transmis à la tisane elle-même. « La preuve c’est qu’à vingt degrés, elle tourne » explique une « herboriste », signifiant en cela que la tisane réagirait à la température. L’ingestion, de quelque produit que ce soit, n’est jamais neutre : « l’absorption d’un aliment nous remplit de ses qualités qui deviennent les nôtres. Il ne s’agit pas simplement de ses qualités nutritionnelles, mais de tous les attributs que l’imagination collective a pu lui conférer » rappelle Annie Hubert (Hubert, 2001). Avaler une tisane est donc un symbole particulièrement fort.

D’ailleurs, la pratique herboristique est parsemée de représentations de la Nature. La tisane comporte toujours plusieurs plantes, sur le modèle de la diversité naturelle des plantes sauvages : « aucune plante ne doit être utilisée seule. Les plantes travaillent en synergie. Le vivant ne s’exprime que sous une forme diversifiée » explique un enseignant. En outre, l’herboristerie implique l’inscription dans les cycles de la Nature. Pour être efficace, la tisane doit être prise à intervalles réguliers, tout comme le jour succède à la nuit, ou l’inspiration à l’expiration. « Nous sommes des êtres de rythme » rappelle un enseignant. Et cela pendant vingt-et-un à vingt-huit jours, ce qui correspond à un cycle naturel (le cycle de la femme ou de la lune). Ce discours n’est pas récent, puisqu’en 1961, l’herboriste certifiée Paulette Duhamel le reprenait dans son manuel d’herboristerie (Duhamel, 1961, p.8). La cueillette elle-même nécessite le respect d’un rythme, car les propriétés de la plante varieront fortement selon l’époque où elle a été récoltée, son âge et son milieu : les racines se récoltent en automne ou au printemps, les feuilles juste après l’apparition des boutons, les fleurs au début de leur épanouissement, voire en boutons, les fruits à maturité, etc.

Plus encore, l’herboristerie permet à l’individu de développer une relation fortement personnalisée avec les plantes. Les « herboristes », pour qualifier leur lien avec elles, n’hésitent pas à utiliser des mots comme « amitié », « amour », « passion », « respect », « confiance », etc. « Un herboriste c’est quoi ? C’est un monsieur qui fait confiance et qui est dans l’amour. Amour de le faire, amour de ses clients, amour de ses plantes » déclare l’un d’entre eux. « Il y a une valeur de confiance en l’humain, en la plante et en soi-même » explique un autre. En tant qu’être vivant, la plante serait de la même nature fondamentale que l’être humain (Mercan, 2012, p. 355). Et, à l’image des relations interhumaines, chaque utilisateur entretient des rapports plus étroits avec certaines plantes. « Dans la grande diversité qu’offre la flore, il est alors courant d’effectuer un choix, d’avoir un nombre réduit de plantes privilégiées : celles qui nous correspondent le mieux » explique Raphaële Garreta (Garreta, 2007, p. 101). Dans sa thèse, Aline Mercan rapporte les propos d’une organisatrice de stages d’herboristerie : « il faut essayer de trouver la plante qui correspond le mieux à la personne pour être efficace, quand on l’a trouvée on peut se dire « ah tiens, c’est ma plante » ! » (Mercan, 2012, p. 363). André Georges Haudricourt (voir notamment Haudricourt, 1962 ; Haudricourt, 1987) appelle le chercheur à étudier les rapports d’une société avec son environnement, pour mieux comprendre les comportements de ses membres et son histoire. En suivant son exemple, on peut se demander jusqu’où, lorsque l’utilisateur d’herboristerie parle de la plante, n’est-il pas en train de parler, en creux, de la société humaine. Derrière cette relation très positive à la plante, ne se cache-t-il pas des représentations des liens idéaux que devraient avoir les Hommes entre eux ?

Conclusion

L’herboristerie n’apparaît donc pas seulement comme un outil permettant de se soigner par soi-même, en évitant le recours au système biomédical. Elle s’inscrit dans un espace spécifique, où la santé est interprétée par le biais du « terrain » et où la maladie se mesure à l’aune du déséquilibre. Ce faisant, les « herboristes » repoussent la biomédecine dans un autre domaine, dans lequel ils sont impuissants : celui de l’urgence, du traitement des symptômes, du « chimique » et des maladies qui ne peuvent être guéries avec des tisanes. De la même manière que les « herboristes » souhaitent rendre compte des limites de la biomédecine, cette dernière témoigne des limites de l’herboristerie, qui ne peut être une réponse thérapeutique absolue. C’est que l’herboristerie semble d’abord être un moyen de donner un sens au quotidien, plus respectueux de l’individu, du corps et de l’environnement, et qui valorise fortement l’expérience personnelle. En apprenant à utiliser cet être vivant qu’est la plante pour entretenir sa santé, l’utilisateur de l’herboristerie établit une relation particulière et extrêmement forte avec son environnement. En ce sens, elle est aussi un moyen d’action et de critique à l’encontre d’une société contemporaine, perçue comme ayant perdu le lien avec la Nature. En 1984, Marc Augé écrivait : la maladie est « à la fois la plus individuelle et la plus sociale des choses » (Augé & Herzlich, 1984, p. 36). De fait, l’étude de l’herboristerie en France offre une configuration possible des significations que peut prendre l’acte même de se soigner, qui est assurément bien plus qu’une action visant à supprimer un symptôme.


1 Association pour le Renouveau de l’Herboristerie, http://www.arh-herboristerie.org/, dernière consultation le 29/05/2015.

2 L’Ecole des Plantes de Paris, http://www.ecoledesplantes.net/, dernière consultation le 29/05/2015.

3 L’Ecole Lyonnaise de Plantes Médicinales et des Savoirs Naturels, http://www.ecoledeplantesmedicinales.com/, dernière consultation le 29/05/2015.

4 L’Ecole Française d’Herboristerie, http://www.ecole-francaise-herboristerie.com/, dernière consultation le 29/05/2015.

5 Le métier d’herboriste ayant officiellement disparu avec les derniers certifiés, j’utiliserai ce terme avec des guillemets, même si les personnes interrogées s’en revendiquent.

6 Ces congrès ont été initiés par l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle, l’entreprise Natura Mundi, l’Ecole Lyonnaise de Plantes Médicinales et des Savoirs Naturels et l’Herboristerie du Palais Royal à Paris.

7 La plante est plongée dans de l’eau chaude.

8 La plante est plongée dans de l’eau froide qui est ensuite chauffée.

9 Ce mot n’a pas de définition stricte. Ainsi, les naturopathes l’utilisent selon une définition similaire à celle utilisée en herboristerie (Grisoni, 2011, p. 197). En revanche, un médecin phytothérapeute comme le docteur Belaiche lui donne un sens plus restreint et l’assimile à « l’ensemble des possibilités d’agents biologiques qui combattent contre toutes les possibilités d’agents pathogènes » (Bourret, 1980, p. 53).

10 https://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-le-printemps-des-simples-2012-05-12, dernière consultation le 2/04/2014.

11 Médecines Complémentaires et Alternatives.

Références

  • Aubry, I. (1993). L’herboristerie : historique et devenir. Thèse de doctorat en Pharmacie, Université René Descartes, Paris.
  • Augé, M. et Herzlich, C. (Eds.) (1984). Le Sens du mal : anthropologie, histoire, sociologie de la maladie. Paris: École des Hautes Études en Sciences Sociales.
  • Bénard, S. et Vaesken, B. (1979). L’herboriste et vous : son métier, ses recettes, votre santé. Neuilly-sur-Seine: Dargaud.
  • Blisson, E. (1961). Le Formulaire de l’herboriste: 150 maladies, comment les soigner et les guérir par les plantes avec l’aide de la radiesthésie. Aubenas: imprimerie Habauzit.
  • Bonnabel-Blaize, M. (2011). Santé & bien-être par les plantes: conseils & recettes d’une herboriste d’aujourd’hui. Aix-en-Provence: Édisud.
  • Bourret, J.-C. (1980). Les nouveaux succès de la médecine par les plantes. Paris : Hachette.
  • Compain, M. (1939). Guide de l’herboriste et du droguiste avec les remèdes vétérinaires. (3è éd.). Limoges: Compain.
  • De Bonneval, P. (1990). Manuel Pratique de l’herboriste. Saint-Vincent-sur-Jabron : Editions Présence.
  • De Bonneval, P. (1999). L’herboristerie, manuel pratique de la santé par les plantes pour l’homme et l’animal : phytothérapie, aromathérapie, oligothérapie, vitaminothérapie. Méolans-Revel: Editions DésIris.
  • Duhamel, P. (1961). Les cures de l’herboriste. (3è éd.) Paris: imprimerie Roger Belleville.
  • Estager, M.P., (2001). La naturopathie en Aquitaine. Anthropology of food, S1. En ligne http://aof.revues.org/1164.
  • Garreta, R. (1998). Ces plantes qui purifient : De l’herboristerie à l’aromathérapie. Terrain, (31), 77-88.
  • Garreta, R. (2004). Des simples à l’essentiel : de l’herboristerie à l’aromathérapie, pratiques et représentations des plantes médicinales. Thèse de doctorat en Ethnologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris.
  • Grisoni, A. (2011). Sous les pavés, la terre: culte du bien-être et nouveaux métiers : La naturopathie en transformation à la conquête du marché. Thèse de doctorat en Sociologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris.
  • Haudricourt, A. G. (1962). Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui. L’Homme. 2(1), 40-50.
  • Haudricourt, A. G. (1987). L’homme et les plantes cultivées. Paris: Métailié.
  • Hubert, A. (2001). Alimentation et Santé : la Science et l’imaginaire. Anthropology of food, S1. En ligne http://aof.revues.org/1108.
  • Laplantine F. et Rabeyron P. L. (1987). Les médecines parallèles. Paris: Presses Universitaires de France.
  • Mercan, A. (2012). Le meilleur de la Science, de la Nature et de la Tradition : Ethnographie des enseignements de phytothérapie en France. Thèse de doctorat en Anthropologie, Université d’Aix-Marseille, Aix-Marseille.
  • Mulot, M. A. (2005). Secrets d’une herboriste : 315 plantes médicinales, 100 maladies courantes, conseils de beauté, adresses utiles. Paris: Éditions du Dauphin.
  • Ouédraogo, A. P. (1998). Assainir la société: Les enjeux du végétarisme. Terrain. 31. pp.59-76.
  • Pierre, M. (1982). Les plantes de l’herboriste. (4è éd.). Paris: Robert Jauze.
  • Rebillard, L. (2002). L’herboristerie en France : genèse d’un métier, disparition d’une profession. Mémoire principal de DEA Sciences Sociales, ENS-EHESS, Paris.
  • Robert, S. (1986). Tous mes secrets de santé. Paris: Artefact.
  • Schmitz, O. (Ed.) (2006). Les médecines en parallèle : Multiplicité des recours au soin en occident. Paris: Karthala.
  • Thévenin, T. (2008). Les plantes sauvages : Connaître, cueillir et utiliser. Saint-Paul: Lucien Souny.

Arcticle_webOuvrage_web